Comment laver ses chemises ?

Quand vous investissez dans de belles chemises pour le travail ou des occasions spéciales, vous avez envie de les garder le plus longtemps possible. Entre autres soins, un lavage non agressif s’impose.

Le lavage à la main est la méthode douce, celle qui préservera le mieux la fibre et assurera une plus longue durée de vie à vos chemises. Son inconvénient est d’être moins efficace que le lavage en machine ; elle est donc recommandée pour les habits peu sales.

Pour procéder, remplissez le lavabo ou une cuvette d’eau tiède mélangée à une petite quantité de lessive liquide. Trempez la chemise et laissez simplement agir, ou malaxez doucement pour que le produit pénètre bien dans les fibres du textile ; insistez un peu plus sur les zones « sensibles » (col, aisselles, poignets, petites tâches). Terminez par un rinçage abondant à l’eau froide.

Quand vous manquez de temps, la machine est l’alternative la plus rapide, tout en assurant efficacité et coût réduit, par rapport au pressing notamment. À condition de prendre quelques précautions de base (lavez toujours séparément le blanc et les couleurs et avant de plonger la chemise dans l’eau, retirez les baleines du col) et de respecter scrupuleusement les indications portées sur l’étiquette, la plupart des chemises se nettoient très bien au lave-linge.

Pour du coton, la température de lavage idéale est de 40° ; à 30°, vous aurez du mal à venir à bout des traces de transpiration ; plus, vous risquez d’altérer les couleurs. Si votre chemise blanche vraiment sale nécessite exceptionnellement un nettoyage en profondeur, ou pour une chemise noire, vous pouvez dépasser les 40°, mais sans excès. Pour des textiles synthétiques, suivez les instructions de l’étiquette.

Quelques astuces améliorent la protection de vos chemises : les laver à l’envers, boutons fermés et col relevé, et choisir un cycle de lavage doux (délicat ou spécial synthétique) avec une cadence tours/min basse et pas d’essorage (ou peu).

Certaines taches sont particulièrement récalcitrantes : les jaunes laissées sous les aisselles par le chlorure d’aluminium contenu dans le déodorant ou les noires localisées au niveau du col. Le plus tôt possible avant le lavage, appliquez du détachant car la chaleur de l’eau pourrait les incruster davantage. Alternativement, frottez les parties à nettoyer avec du savon de Marseille sec, ou avec du shampoing pour cheveux gras, ou un mélange d’eau (1/4) et de bicarbonate de soude (3/4). Si tout le vêtement a jauni, faites-le tremper dans un mélange de bicarbonate de soude et vinaigre blanc.

De temps à autre, lorsque vous n’avez pas le temps de laver correctement et repasser vos plus belles chemises, ou qu’elles présentent une tache tenace dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser, envoyez-les au pressing. L’inconvénient du nettoyage à sec est le prix, mais surtout l’« agressivité » de la technique ; évitez d’y recourir trop fréquemment, vous useriez plus rapidement vos vêtements.

Qui dit lavage dit forcément séchage, et c’est souvent cette étape qui détériore le plus un vêtement. Moins longtemps vous laisserez vos chemises mouillées dans la machine, moins vous aurez de faux plis qui compliqueront le repassage (d’ailleurs, en repassant vos chemises quand elles sont encore un peu humides, ce sera nettement plus facile).

Pour préserver vos chemises, bannissez l’option facile du sèche-linge. Mieux vaut tout simplement les poser à plat sur une serviette-éponge ou les suspendre à un cintre si vous manquez d’espace. Puis, laissez-les à l’air libre, mais à l’abri du soleil, les UV risquant d’en ternir les couleurs. Fermez simplement le bouton du col et le premier de la boutonnière afin de faire tenir la chemise sur le cintre et garder la forme arrondie du col.

Publicités